Aller au contenu principal

La semaine dernière, Maryam Monsef, ministre du Développement économique rural, annonçait que le gouvernement fédéral allait accélérer le financement de la large bande en milieu rural en réaction à la pandémie de COVID-19.

Le lendemain, Navdeep Bains, ministre de l’Innovation, des Sciences et de l’Industrie, réitérait cet engagement au cours d’une réunion d’un comité parlementaire et ajoutait que la ministre Monsef allait bientôt proposer des solutions.

Alors que les détails du plan gouvernemental restent vagues, la ministre Monsef a déclaré que le gouvernement est disposé à accroître le financement global afin de relier les régions mal desservies au-delà de 1,7 milliard de dollars dans le cas du Fonds pour la large bande universelle (dont le lancement devrait avoir lieu plus tard cette année) et de 500 millions de dollars en ce qui a trait au programme Brancher pour innover.

La ministre Monsef a déclaré à The Wire Report que « toutes les options sont maintenant sur la table ».

Il s’agit là d'un développement grandement apprécié par tous les internautes au pays. Malheureusement, l’accès à un Internet de qualité reste inabordable ou inaccessible pour un trop grand nombre de Canadiens et l’écart devient encore plus évident alors que le pays s’apprête à travailler, à apprendre et à socialiser en ligne.

À en croire le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC), un foyer canadien sur dix ne possède aucune connexion Internet résidentielle, alors qu’à peine 40,9 % des foyers en milieu rural ont accès aux vitesses de téléchargement de 50 Mbps en aval et de 10 Mbps en amont que la Commission qualifie « d’élémentaires ».

Ici à l’ACEI, nous suivons le fossé numérique qui sépare les régions urbaines et rurales du Canada en faisant appel à notre test de performance Internet, qui permet aux Canadiens de mesurer la qualité de leurs connexions Internet – incluant la vitesse, la latence, la gigue et la perte de paquets. Celui-ci diffère fondamentalement de la plupart des tests de vitesse de l’Internet, qui sont optimisés de manière à mesurer le rendement sur le dernier mille, plutôt que les conditions réelles sur l’Internet.

Cliquez ici pour vérifier la qualité de votre connexion et en apprendre davantage sur la façon dont le test fonctionne.

Depuis août, nous collaborons activement avec Innovation, Sciences et Développement économique Canada (ISDE) à notre test de performance Internet afin d’aider le gouvernement à déterminer la manière la plus judicieuse d’utiliser les fonds pour aider à brancher les Canadiens vivant en milieu rural. Vous pouvez voir le test lié sur la page d’atterrissage du Fonds universel à large bande d’ISDE en cliquant ici.


Page d'atterrissage pour le partenariat du CIRA avec ISDE sur les performances Internet.

Depuis son lancement en mai 2015, les Canadiens ont procédé à plus de 640 000 tests de performance sur la plate-forme. Les données de test ont démontré jusqu’ici qu’en ce qui concerne les gens habitant en milieu rural au Canada, nous avons encore fort à faire avant que les internautes ruraux puissent bénéficier de la même vitesse que leurs homologues habitant en milieu urbain.

Alors que le gouvernement fédéral envisage les options qui lui permettront d’accélérer la distribution du financement destiné à la large bande, nous avons cru bon consacrer un instant afin de décrire la façon dont le test de performance Internet de l’ACEI peut procurer aux responsables de l'élaboration des politiques, aux fournisseurs de services Internet, aux utilisateurs, ainsi qu’à tous les paliers de gouvernement l'information cruciale sur la façon d’évaluer les projets et de dépenser leur argent.

1) Notre test de performance Internet nous indique où l’on a besoin d’un Internet plus rapide

Test de performance Internet de l’ACEI en direct à l'adresse https://performance.cira.ca/. Un cliché de la carte du Canada montrant les résultats du TPI en superposition devrait apparaître en dessous.

Les variations apparaissant en rouge et en rose correspondent aux connexions lentes. Les blanches signifient un rendement médian (environ 25 Mbps), alors que le bleu foncé représente les vitesses les plus élevées (qui approchent de la vitesse de téléchargement en aval ciblée de 50 Mbps du CRTC).

Il est facile pour quiconque de voir où se situe l’Internet amélioré et où on n’en a pas besoin.


Notre test de performance Internet cartographie la connectivité à travers le Canada

Pour les décideurs qui s’efforcent de déterminer où l’on doit investir les ressources financières limitées, il est facile d’effectuer un zoom sur les cartes de TPI pour voir apparaître les détails locaux.

Prenons, par exemple, la région centrale de l’Alberta qu’on peut voir en détail ci-dessous. Le regroupement des résultats de test en bleu dans le quadrant supérieur gauche de l’écran nous montre Red Deer, où l’on trouve des infrastructures plus robustes et des options plus rapides en ce qui concerne l’accès à large bande.

Si on s’éloigne de Red Deer en direction des communautés rurales plus petites au centre de la carte, nous commençons à voir les couleurs passer du bleu au rouge au fur et à mesure que la vitesse de connexion ralentit.


Voici à quoi ressemble la connectivité dans le centre de l'Alberta.

Lorsqu'elles sont associées à d'autres données de connectivité, comme les propres rapports Ookla d'un FSI ou le projet national de données à large bande du CRTC et d'ISDE, les informations sur les performances Internet du monde réel de l'ACEI peuvent aider à fournir une image plus riche et plus précise de la connectivité au Canada.

En jetant un regard sur cette carte, un défenseur de la large bande universelle devrait comprendre rapidement que l’objectif ultime consiste à voir l'ensemble du pays passer au bleu. Tous les Canadiens pourront assister à ce phénomène en utilisant le TPI.

2) Le TPI nous assure que les projets financés se déroulent comme on l’a promis

Vous l’entendez tout le temps : les internautes déclarent habituellement qu’ils n’obtiennent pas la vitesse ou la qualité du service que leur promet leur fournisseur d’accès Internet.

Nous savons tous quels sont les symptômes : Les appels sur Zoom ne fonctionnent pas, les vidéos refusent de se télécharger, le téléchargement des fichiers volumineux semble durer une éternité, les étudiants sont incapables de participer aux cours en ligne, et j’en passe.

Notre TPI peut heureusement aider les décideurs et les investisseurs à s’assurer qu’ils tirent le maximum de leur investissement en procédant au test et à l'évaluation des projets d’accès à l’Internet qui bénéficient d’un financement.

Le même processus de mappage peut servir à démontrer que les projets qu’on met sur pied procurent les vitesses et les niveaux de service promis. Pour chaque nouveau projet dans une région donnée, les couleurs sur la carte passent graduellement du rouge au bleu au fur et à mesure qu’on apporte de nouvelles améliorations aux infrastructures et qu’elles commencent à offrir des vitesses plus élevées.

Idéalement, ce ne serait pas le cas uniquement après la fin d’un projet. Nous espérons que les fournisseurs d’accès Internet dont les projets bénéficient d’un financement de l'extérieur seraient tenus d’utiliser le test de performance Internet de l’ACEI afin de rendre régulièrement des comptes au gouvernement du Canada (ou aux autres paliers de gouvernement). Ils démontreraient ainsi vraiment que leur projet continu de répondre pendant encore longtemps aux objectifs du service universel et aux exigences relatives à la qualité du service du CRTC.

Il existe une bonne raison d’essayer et d’évaluer les projets qui bénéficient d’un financement public ou autre. Plusieurs analyses du rendement de l’Internet reposent présentement sur les données autodéclarées provenant des fournisseurs d’accès Internet (FAI). Pour aider les FAI à dresser un portrait fidèle des capacités de leur service, notre TPI peut aider les utilisateurs, les responsables de l'élaboration des politiques et les organismes de réglementation à procéder à des vérifications ponctuelles des données autodéclarées pour s’assurer que les utilisateurs finaux bénéficient des vitesses qu’on leur a promises.

3) Le TPI peut aider les décideurs à coordonner les investissements entre les différents programmes de financement

Le Canada présente une mosaïque de programmes de financement aux niveaux fédéral, provincial et municipal pour aider à stimuler l'investissement dans l'infrastructure de l’Internet. Par exemple, le gouvernement fédéral offre le Fonds universel à large bande et le programme Brancher pour innover, alors que le CRTC a son propre Fonds pour la large bande.

Comment s’assure-t-on que ces différents programmes n’entraînent pas un chevauchement des efforts ou ne ratent pas les collectivités essentielles?

Inscrivez : TPI. On pourrait facilement utiliser la plate-forme pour aider le gouvernement du Canada, le CRTC, ainsi que les gouvernements des provinces et des municipalités à gérer les programmes de financement – pour éviter ainsi tout chevauchement. Notre test de performance Internet peut mettre en lumière les projets de construction excessive dans les régions où l’Internet présente déjà un rendement suffisant, afin que les communautés qui ont besoin de mises à niveau de manière plus urgente puissent les obtenir plus rapidement. 

Nous croyons que les données de TPI peuvent contribuer à assurer la meilleure utilisation possible des fonds publics ou autres pour atteindre les objectifs du service universel et les exigences relatives à la qualité du service du CRTC. L’ACEI peut ainsi aider à soutenir les programmes de financement et l'exécution des éventuels projets pour assurer une utilisation judicieuse des dollars des contribuables.

L’utilisation des données recueillies grâce aux TPI peut nous assurer que les projets que nous finançons n’entraînent pas la construction excessive des réseaux actuels dont la mise à niveau serait bien plus abordable que la construction d’un nouveau réseau concurrentiel.

Nous sommes là pour vous aider

L’ACEI fait partie des nombreuses organisations qui contribuent chaque jour au fonctionnement de l’Internet au Canada et à l'échelle mondiale. Alors que notre mandat premier repose dans le fonctionnement sûr, stable et sécuritaire du domaine .CA et des technologies sous-jacentes, nous travaillons également fort afin de brancher, protéger et engager la communauté Internet au Canada et ailleurs grâce à des projets, comme le TPI.

Nous sommes toujours ravis de partager notre compréhension technique de l'architecture Internet, ainsi que des années d'expérience dans les discussions consacrées aux politiques Internet mondiales et nationales avec tout responsable de l'élaboration des politiques, organisme de réglementation, fournisseur d’accès Internet ou palier de gouvernement qui s’efforce d’améliorer la connectivité de l’Internet sans sa région.

La vision de l’ACEI consiste dans un Internet fiable à l'intention des Canadiens qui permette aux individus et aux organisations d’atteindre leur potentiel sur les plans économique, social et culturel. Nous espérons que notre TPI peut aider les décideurs à prendre leurs décisions à partir des données de test du monde réel pour s’assurer ainsi que les Canadiens habitant en milieu rural bénéficient d’une connectivité et d’une vitesse identiques à celles de leurs homologues urbains.

Si vous ou un membre de votre organisation souhaitez rencontrer l’ACEI pour connaître la façon dont fonctionne le TPI ou dont il peut aider à évaluer les projets financés et réduire l'analyse des investissements possibles, communiquez avec moi à l'adresse grant [point] street [arobas] cira [point] ca.