Aller au contenu principal
retourner

OTTAWA, ON – 13 juillet 2022 – Alors que les Canadiens se remettent de la pandémie de COVID-19, l’accès à l’Internet haute vitesse demeure un enjeu problématique pour beaucoup, surtout dans les communautés rurales et du Nord. CIRA a documenté cette inégalité en effectuant chaque année un test de performance Internet (TPI) qui examine l’état de la large bande dans tout le pays. Les données du TPI de CIRA fournissent aux résidents, aux planificateurs et aux décideurs les preuves dont ils ont besoin pour combler le fossé numérique qui persiste au Canada.

Les rapports annuels de CIRA ont toujours mis en évidence le contraste frappant entre la connectivité Internet en milieu urbain et en milieu rural. Alors que l’année 2021 a montré une certaine amélioration pour les résidents des communautés rurales, avec une vitesse médiane de téléchargement passant à 14,1 Mbps, la vitesse médiane de téléchargement en milieu urbain a également augmenté de manière importante pour atteindre 63,9 Mbps, ce qui renforce encore la persistance du fossé numérique.

La publication des données de cette année porte sur les données du test recueillies en 2021 et au cours des quatre premiers mois de 2022, qui montrent que les vitesses d’accès Internet en milieu urbain continuent de dépasser les vitesses en milieu rural. Malgré cela, l’écart entre les vitesses urbaines et rurales se réduit lentement – une tendance qui, espérons-le, se poursuivra à mesure que les gouvernements augmenteront le financement des projets d’infrastructure à large bande dans tout le pays. En outre, pour la première fois, la publication de cette année comprend des données inédites de 2019 sur les vitesses d’accès Internet dans les provinces, ce qui permet de mieux comprendre l’évolution de l’accès Internet dans l’ensemble du Canada et de savoir où les besoins sont les plus importants. En raison du nombre plus faible de tests au Nunavut, dans les Territoires du Nord-Ouest et au Yukon, CIRA ne publie pas de données territoriales pour le moment.

Si la vitesse médiane de téléchargement dans les zones rurales a légèrement augmenté par rapport aux années précédentes pour atteindre 20,9 Mbps au premier trimestre de 2022, dans les zones urbaines, elle a augmenté à un rythme bien plus élevé, doublant presque depuis le début de la pandémie, pour atteindre 74,61 Mbps. Bien qu’il s’agisse d’un pas dans la bonne direction pour les résidents ruraux, il reste encore beaucoup de retard à rattraper. Si l’on examine les différentes provinces, ces dernières données montrent que, parmi les personnes qui ont effectué un test, Terre-Neuve-et-Labrador, la Colombie-Britannique et la Nouvelle-Écosse sont en tête du classement des vitesses de téléchargement Internet les plus rapides, tandis que l’Alberta, la Saskatchewan et l’Île-du-Prince-Édouard semblent avoir les vitesses les plus faibles.

Principales constatations

Les constatations ci-dessous sont rapportées en fonction des résultats des données du TPI générées entre le 1er janvier 2020 et le 30 avril 2022 à partir d’un total de 183 926 tests urbains et 185 193 tests ruraux. Les données provinciales couvrent la même période, tandis que les graphiques supplémentaires ci-dessous affichent les données de 2019.

  • Les vitesses d’accès Internet en milieu rural comblent peu à peu l’écart avec les vitesses urbaines : les vitesses urbaines ne sont plus que 3,8 fois plus rapides que les vitesses rurales entre mars 2021 et 2022, contre 6,1 fois plus rapides en 2020-2021.

 

  • Passant de 7,2 Mbps en 2020 à 20,9 Mbps au premier trimestre de 2022, la vitesse médiane de téléchargement en milieu rural a presque triplé depuis le début de la pandémie. Malgré cette augmentation, les utilisateurs ruraux d’Internet se situent encore loin de la définition de l’Internet haute vitesse du gouvernement fédéral (50 Mbps en aval et 10 Mbps en amont), surtout si l’on considère l’augmentation quasi négligeable de la vitesse de téléchargement en amont, qui passera de 1 Mbps en 2020 à 2,2 Mbps au premier trimestre de 2022.

 

  • La vitesse médiane de téléchargement en milieu urbain continue d’augmenter régulièrement, passant de 47,2 Mbps en 2020 à 74,6 Mbps au premier trimestre de 2022. En 2018, la vitesse médiane de téléchargement en milieu urbain était de 23,4 Mbps, ce qui reste supérieur à la vitesse médiane de téléchargement en milieu rural actuelle, quatre ans plus tard.

 

  • Au premier trimestre de 2022, la vitesse médiane de téléchargement à Terre-Neuve-et-Labrador a atteint 84,5 Mbps, soit près de 60 Mbps de plus qu’en Alberta, qui a enregistré une vitesse de 25,1 Mbps. Terre-Neuve-et-Labrador détient également la vitesse médiane de téléchargement la plus rapide en 2021 avec 65,3 Mbps, soit un peu plus de 50 Mbps de plus que la Saskatchewan, avec un maigre 14,7 Mbps.

 

  • Le Canada atlantique se trouve au sommet des vitesses médianes provinciales de téléchargement en milieu urbain, Terre-Neuve-et-Labrador arrivant en tête avec 127,2 Mbps, devant le Nouveau-Brunswick et la Nouvelle-Écosse avec 106,3 Mbps et 95,9 Mbps, respectivement. En 2021, le Nouveau-Brunswick a occupé la première place avec 105,9 Mbps, suivi de près par Terre-Neuve-et-Labrador avec 92,6 Mbps.

 

  • Si l’on compare les vitesses médianes provinciales de téléchargement en milieu rural, l’Alberta est la plus lente de toutes les provinces, avec une vitesse de seulement 15,4 Mbps. En fait, l’Alberta et l’Ontario, avec 21,6 Mbps, ont des vitesses de téléchargement en milieu rural plus faibles que la moyenne nationale.

Ces données ont été recueillies dans le cadre du test de performance Internet de CIRA. Depuis le lancement du programme, les Canadiens ont effectué plus de 1 200 000 tests. CIRA aide des douzaines de gouvernements et organismes locaux, qui représentent ensemble plus de 1 000 communautés canadiennes, à cartographier la qualité de l’accès Internet dans leur région.

Les Canadiens peuvent contribuer à promouvoir un Internet plus rapide pour tous en effectuant le test de performance Internet de CIRA à l’adresse performance.cira.ca.

Chiffres et graphiques1

1Remarque : plusieurs tests effectués à partir de la même adresse IP sont combinés pour produire une vitesse moyenne quotidienne de téléchargement en aval et en amont. Cela réduit la probabilité qu’une seule adresse IP fausse considérablement les données.

Renseignements supplémentaires

  • Chez CIRA, nous faisons tout ce que nous pouvons pour aider les Canadiens à prospérer en ligne. Notre équipe veille à ce qu’Internet soit une force d’innovation, de connexion et de confiance. Mais nous reconnaissons également que les avantages du Web n’ont pas été partagés universellement. C’est pourquoi nous mettons notre expertise, nos ressources et notre pouvoir de rassemblement à contribution pour aider à résoudre les problèmes Internet grâce à notre Programme d’investissement communautaire et à des initiatives telles que le test de performance Internet.
  • CIRA s’associe à des groupes communautaires, des chambres de commerce locales, des agences gouvernementales et autres pour faciliter l’utilisation du TPI pour la planification de la connectivité. Ces liens et partenariats locaux étroits sont essentiels pour obtenir les données des tests nécessaires à la modernisation des infrastructures dans les communautés mal desservies.
  • Dans le budget fédéral de 2021, un supplément d’un milliard de dollars a été alloué au Fonds pour la large bande universelle (FLBU) afin d’améliorer l’accès Internet haute vitesse et sa fiabilité dans les communautés rurales et éloignées, portant l’investissement du FLBU du gouvernement fédéral à 2,75 milliards de dollars. Aucun financement supplémentaire n’a été prévu dans le budget de 2022. Au fur et à mesure que ces projets d’infrastructure se déploient à travers le pays, les Canadiens utilisant le programme du TPI de CIRA jouent un rôle important dans le suivi de l’évolution de la qualité d’Internet et de l’impact des investissements publics, y compris les résultats des projets financés par le FLBU.
  • Dans la décision de télécom 2021-181 du 27 mai 2021, le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) a annulé son ordonnance de 2019 qui abaissait les prix de gros d’Internet pour les FSI concurrents indépendants. Le gouvernement fédéral a confirmé la décision du CRTC en réponse à une pétition de TekSavvy dans un décret publié le 19 mai 2022.
  • En mai 2022, le gouvernement fédéral a également annoncé un décret donnant des instructions au CRTC sur une approche renouvelée de la politique des télécommunications, qui vise à promouvoir la concurrence, l’abordabilité, les intérêts des consommateurs et l’innovation dans le domaine des télécommunications.

Citation de la direction

« Les deux dernières années et demie ont vraiment consolidé le rôle essentiel que joue Internet dans nos vies à tous. Bien que l’amélioration des vitesses en milieu rural soit un pas dans la bonne direction, ce rapport dresse malheureusement encore un tableau sombre de l’état de la connectivité dans de nombreuses régions du Canada. La poursuite des investissements dans l’infrastructure à large bande par les gouvernements, les fournisseurs de services Internet et les communautés elles-mêmes sera essentielle pour que les communautés rurales ne prennent pas plus de retard. »

- Tanya O’Callaghan, vice-présidente, investissement communautaire, politiques et défense des intérêts

Au sujet du test de performance Internet de CIRA

Le test de performance Internet de CIRA est l’un des tests les plus évolués en matière de vitesse et de qualité de l’Internet. De plus, l’intérêt public constitue son fondement absolu. Les nœuds de tests sont situés dans des points d’interconnexion Internet dans les villes canadiennes de niveau 1 plutôt que dans l’architecture de réseau d’un FSI. Cela permet à CIRA de mesurer la performance réelle d’une connexion Internet, conformément aux conditions du réseau, ce qui reflète fidèlement l’expérience vécue par les internautes canadiens. Pour évaluer votre performance Internet, nous faisons appel à un test de diagnostic réseau nommé Network Diagnostic Test (NDT), qui est fourni par M-Lab. Cette plateforme permet aux Canadiens de mesurer la qualité de leurs connexions Internet, y compris les paramètres de vitesse, de latence, de gigue et de perte de paquets. Les Canadiens ont effectué au-delà de 1 200 000 de tests sur la plateforme depuis le mois de mai 2015.

À propos de l’Autorité canadienne pour les enregistrements Internet

CIRA est un organisme à but non lucratif constitué de membres mieux connus pour gérer le nom de domaine Internet de niveau supérieur .CA au nom de tous les Canadiens. Bien que le mandat premier de CIRA concerne l’exploitation sûre, stable et sécuritaire du domaine .CA et des technologies sous-jacentes, l’organisation s’occupe également de brancher, de protéger et d’impliquer la communauté Internet au Canada et ailleurs en offrant des services de registre, de DNS et de cybersécurité de qualité supérieure.