Aller au contenu principal
  • État de l'internet

Annonce d’une vision commune pour assurer l’avenir de la gouvernance multipartite de l’Internet

Par Byron Holland
Président et chef de la direction

Au cours des derniers mois, CIRA a travaillé avec des organisations de la communauté technique qui partagent les mêmes idées pour faire entendre notre voix collective lors de discussions en cours aux Nations Unies sur l’avenir de la gouvernance de l’Internet.

Comme nous l’avons déjà écrit, le modèle de gouvernance multipartite de l’Internet est essentiel pour garantir que l’Internet d’aujourd’hui continue d’exister et de fonctionner efficacement. Ce modèle permet à toutes les personnes qui ont un intérêt dans l’avenir de l’Internet de participer aux discussions et aux décisions sur un pied d’égalité. Si la gouvernance multipartite est compromise, alors l’Internet l’est aussi.

Pour que la communauté technique conserve sa place à la table des négociations sur l’avenir de l’Internet, nous devons impérativement collaborer et coopérer. Nous devons échanger nos points de vue, approfondir nos connaissances et défendre une vision commune qui contribuera à garantir l’avenir de la gouvernance multipartite de l’Internet.

C’est pourquoi, avec nos collègues d’auDA, d’InternetNZ et de Nominet, nous avons récemment annoncé la formation d’une coalition informelle dont l’objectif est de défendre et d’améliorer le modèle de gouvernance multipartite de l’Internet en tant que fondement essentiel d’un Internet ouvert, gratuit, mondial, sécurisé, résilient et interopérable.

Cette semaine, la « coalition de la communauté technique qui favorise la gouvernance multipartite » franchit une étape importante alors que CIRA se joint à 13 autres opérateur·rices techniques du monde entier pour publier conjointement une nouvelle déclaration d’intention qui explique pourquoi nous travaillons ensemble et ce que nous espérons accomplir.

Vous pouvez lire la Déclaration et voir la liste des signataires initiaux ci-dessous.

Si la coalition vous intéresse ou si vous souhaitez vous impliquer en tant que membre de la communauté technique de l’Internet, n’hésitez pas à nous contacter. Bon nombre des premiers signataires participeront à la prochaine réunion de l’ICANN à Kigali, au Rwanda. Si vous souhaitez en savoir plus, veuillez communiquer avec nous.

Une coalition de la communauté technique qui favorise la gouvernance multipartite

Nous sommes des membres de la communauté technique de l’Internet : des entreprises, des organisations, des groupes et des acteur·rices dont le travail quotidien consiste à exploiter l’infrastructure et les services essentiels au cœur de l’Internet.

Moteur de l’innovation, du progrès et du développement, l’Internet touche tous les aspects de la vie humaine. Cette technologie transformatrice est régie grâce à une collaboration entre divers parties prenantes et processus qui se chevauchent. Cela implique la participation de groupes de parties prenantes distinctes : les gouvernements, la société civile, le milieu universitaire, le secteur privé et la communauté technique. Cette forme de gouvernance ou de discussion collaborative est désignée comme « gouvernance multipartite ».

Le succès technologique de l’Internet, qui lui permet de fonctionner de manière transparente dans le monde entier, est le résultat direct de cette approche multipartite et de son utilisation dans divers forums et initiatives. Cette approche permet aux parties prenantes de se réunir sur un pied d’égalité pour discuter ou prendre des décisions concernant l’Internet et pour favoriser son évolution et son élargissement continus.

Bien qu’imparfaite, l’approche de gouvernance multipartite favorise un niveau de diversité, de responsabilité et de transparence qui ne peut être reproduit par les seuls milieux intergouvernementaux. Elle garantit également que la prise de décision concernant l’Internet et sa gouvernance n’est pas guidée par des intérêts politiques nationaux individuels.

Cependant, l’approche de gouvernance multipartite est menacée. Dans une période de prise de décision critique aux Nations unies en 2024 et 2025, des risques se profilent :

  • la communauté technique et d’autres groupes parties prenantes clés seront exclus ou verront leur voix affaiblie lors des discussions sur l’avenir de l’Internet et de sa gouvernance;
  • en l’absence de toutes les parties prenantes concernées, de nouveaux concepts qui déstabilisent involontairement le modèle multipartite peuvent être introduits;
  • le mandat du Forum annuel sur la gouvernance de l’Internet, un espace essentiel et durable pour le dialogue multipartite sur l’Internet, n’est pas renouvelé ou le Forum est affaibli par l’introduction d’initiatives intergouvernementales mieux dotées en ressources.

Si ces risques se concrétisent tous, le modèle de gouvernance multipartite de l’Internet sera affaibli et les décisions relatives au fonctionnement de l’Internet seront de plus en plus souvent prises dans un cadre intergouvernemental ou multilatéral.

Nous, soussigné·es, nous engageons à défendre, à faire évoluer et à consolider la gouvernance multipartite pour la prise de décision et le dialogue sur l’Internet. Les personnes qui gèrent les opérations de l’Internet doivent impérativement être impliquées, sur un pied d’égalité avec les gouvernements et les autres parties prenantes, dans les discussions, les délibérations et les décisions relatives à l’avenir de l’Internet et à sa gouvernance.

Une approche de gouvernance multipartite évoluée et renforcée est la meilleure voie à suivre pour garantir que l’Internet reste ouvert, libre, mondial, sécurisé, résilient et interopérable, et qu’il soit accessible à tous/toutes.

 

 

Signataires en date du 11 juin 2024

(par ordre alphabétique)

Asia Pacific Network Information Centre (APNIC)

Associação DNS.PT, Portuguese Registry

au Domain Administration Ltd (auDA)

Blacknight

Autorité canadienne pour les enregistrements Internet (CIRA)

DENIC eG

GoDaddy

Identity Digital

IE Domain Registry CLG, exerçant ses activités sous le nom de .ie

InternetNZ

Japan Network Information Center (JPNIC)

Japan Registry Services Co., Ltd.

Network Information Center Costa Rica

Nominet UK

Public Interest Registry

Tucows, Inc.

À propos de l’auteur
Byron Holland

Byron Holland (MBA, ICD.D) est président et chef de la direction de CIRA, l’organisme national à but non lucratif mieux connu pour sa gestion du domaine .CA et pour l’élaboration de nouveaux services de cybersécurité, de registre et de DNS.

Byron est un expert de la gouvernance de l’Internet et un entrepreneur aguerri. Sous l’égide de Byron, CIRA est devenue un des principaux ccTLD au monde en gérant plus de 3 millions de domaines. Au cours de la dernière décennie, il a représenté CIRA à l’échelle internationale et occupé de nombreux postes de dirigeant au sein de l’ICANN. Il siège présentement sur le conseil d’administration de TORIX en plus d’être membre du comité des mises en candidature de l’ARIN. Il habite à Ottawa en compagnie de son épouse, de leurs deux fils et de Marley, leur berger australien.

Les opinions partagées sur ce blogue sont celles de Byron sur des enjeux qui touchent l’Internet et ne représentent pas nécessairement celles de l’entreprise.

Chargement…